Les dépôts de projets du Budget Participatif 2024 !

Actualité
Mise à jour le 22/01/2024
Le dépôt de projets du Budget Participatif 2024 se déroule du 16 janvier au 5 février 2024 .Une première étape ouverte à toutes et tous où chacune et chacun peut proposer un projet.

Qu'est-ce qu'un projet Budget Participatif ?

C’est une idée de projet d'investissement déposée par une Parisienne ou un Parisien. Toute proposition déposée est ensuite analysée et soumise au vote de la population parisienne.
D'une simple idée de projet innovant, à l'expérimentation de nouvelles pratiques dans les politiques publiques (par exemple, installer des capteurs de qualité de l’air dans les écoles), cela peut également être une idée de priorisation des dépenses publiques courantes.
Il y a deux types de projet :
  • Les projets d’arrondissement : ce sont des projets localisés, qui concernent principalement les habitantes et habitants d’un arrondissement en particulier.
  • Les projets Tout Paris : ce sont des projets qui concernent toute la ville, pouvant bénéficier à toutes et tous.
Toutes les Parisiennes et tous les Parisiens, à partir de 7 ans, sans condition de nationalité.
Les projets peuvent être déposés à titre individuel ou collectif : association, collectif de voisins, d’amis, parents ou élèves d’un même établissement, etc.
Un peu d'histoire
Lancé en 2014, le Budget Participatif permet aux Parisiennes et aux Parisiens de décider d'une partie du budget d'investissement de la Ville de Paris en proposant des projets qui sont ensuite soumis au vote des Parisiennes et des Parisiens.

Dépôt de projet

Qui peut déposer un projet ?

Toutes les habitantes et tous les habitants de la Ville de Paris , à partir de l'âge de 7 ans et sans condition de nationalité.
Pour être jugée recevable dans le cadre du Budget Participatif, votre idée doit répondre à 4 critères :
  • Être localisée sur le territoire Parisien
  • Servir l’intérêt général et non un intérêt privé
  • Concerner une des thématiques suivantes : Cadre de vie, Culture, Patrimoine, Éducation, Jeunesse, Environnement, Logement, Mobilités, Prévention, Sécurité, Propreté, Santé, Solidarités, Sport, Attractivité et Emploi.
  • Représenter une dépense d’investissement (un achat de biens et/ou matériels durables, un aménagement, des travaux, etc.)
Les idées peuvent être déposées à titre individuel ou collectif (association, conseil de quartier, collectif de voisins, d’amis, parents ou élèves d’un même établissement).

Comment faire ?

Vous pouvez déposer vos projets du mardi 16 janvier au lundi 5 février 2024 sur la plateforme en ligne decider.paris.fr,en cliquant ici !

Exemples de projets réalisés dans le 18e

Voici quelques projets réalisés dans les éditions précédentes du Budget Participatif.

Le salon Joséphine

Depuis 2006, le salon solidaire Joséphine a ouvert ses portes au 28, rue Charbonnière, dans le 18e arrondissement et œuvre chaque jour pour aider les femmes en situation de précarité au cœur d’un processus de réinsertion sociale à travers des soins de beauté et de bien-être.
Depuis plusieurs années, le salon Joséphine reçoit chaque jour des femmes orientées par des structures et associations partenaires de la région travaillant dans la réinsertion sociale et professionnelle. Les soins sont proposés par une équipe à l’écoute et bienveillante, il s’agit d’une réelle bulle d’oxygène. C’est également la possibilité de permettre aux habitantes et aux habitants l’accès à la beauté pour toutes et tous et de se sentir en égalité avec les autres pour trouver sa place.
Dans le cadre de la 10e édition du Budget Participatif de la Ville de Paris, la rédaction s’est rendu, le vendredi 5 janvier , au salon Joséphine afin de découvrir ce véritable havre de paix pour les habitantes et habitants du quartier.
Comment est né le projet du salon Joséphine ?
Dans un premier temps, l’association Joséphine a été créée en 2006 par Lucia Iraci, une coiffeuse qui possédait son propre salon et qui dispensait des soins de beauté et de bien-être dans son salon et dans des associations partenaires. Avec toujours l’idée que l’estime de soi est essentiel pour se reconstruire et se réinsérer socialement et professionnellement.
Ensuite, quelques années plus tard, en 2011, un lieu dédié à la beauté et au bien-être des femmes en situation de vulnérabilité est mis en place, c’est ainsi que le salon Joséphine situé au 28, rue de la Charbonnière a été créé.
Aujourd’hui, nous sommes affiliées au groupe SOS solidarité, une grande association nationale. En 2019, le salon a évolué et s’est développé, en effet une étude a été réalisé sur l’impact social des soins de beauté et de bien-être sur les femmes. C’est la raison pour laquelle, les différents parcours du salon ont vu le jour (« Estime de soi », « Estime emploi » et plus récemment le programme « Un temps pour soi »). Il s’agit de trois parcours d’accompagnement individuel avec des actions collectives. Chaque programme possède une équipe pluridisciplinaire composée de responsables de programmes et des équipes opérationnelles (socio-coiffeuses, socio-esthéticiennes, psychologues, réflexologues, sophrologues, bénévoles…) et une équipe de chargé.e.s d’insertion professionnelle rattachée au programme estime emploi. Pour compléter notre action, un autre local ouvert en novembre 2022 dans le cadre des actions « Estime emploi », dans le quartier de la Goutte d’Or.
Le parcours "Estime de soi"
Le parcours « Estime de soi » est le programme originaire du salon Joséphine, pour accompagner les femmes en situation de fragilité d’isolement afin qu’elles retrouvent confiance en elles et l’estime d’elles-même. Le parcours dure un an, à hauteur d’un rendez-vous par mois, avec des rendez-vous individuels et collectifs. Les personnes sont accueillies comme dans un salon classique avec bienveillance, elles ont également accès à des ateliers de conseils en image afin de continuer de prendre soin d’elles en dehors du parcours et une fois le parcours terminé. Les femmes peuvent s’approprier tous les conseils donnés.
En 2022, 561 femmes ont été accompagnées, sur l’année. Ce programme est destiné aux femmes habitant dans la ville de Paris et dans les départements du 92 ou 93. Cependant, il y’a un grande zone d’impact dans le 18e arrondissement.
Les femmes sont orientées par des prescripteur.rice.s c’est-à-dire un.e intervenant.e sociale, une structure d’insertion ou bien Pôle Emploi par exemple. Toutes les femmes venant au salon solidaire possèdent un.e référent.e social.e. Le salon est ainsi un outil de lien social et d’insertion sociale, il s’agit d’une structure de proximité. Les femmes sont accueillies en tant que cliente dans le salon solidaire avec une participation symbolique autour de 3€ pour la coiffure et 1€ pour l’esthétique, il s’agit d’une partie intégrante du parcours.
Plusieurs femmes inscrites au programme se sont rendues dans les locaux du groupe Rocher. Il y a des journées convivialité entre les salariés de l’entreprise et les femmes accompagnées par le salon Joséphine. C’est tout le volet social qui est important de notre côté.
Le parcours "Estime emploi"
Depuis 2021, 89% des client.e.s accueillies expriment retrouver confiance en elle et 67% des femmes ont annoncer remettre en place des démarches pas rapport à leur insertion professionnelle. L’idée première du programme reste de soutenir activement les femmes pour les aider à trouver une formation ou un emploi en fonction de leur objectifs professionnels. Le programme dure six mois à hauteur d’un rendez-vous par semaine, en petit groupe il s’agit ici d’un parcours progressif, avec un véritable travail sur soi, sur la confiance en soi, pour pouvoir ensuite réaliser un bilan personnel et professionnel, dans le but de construire et réaliser un projet professionnel. De nombreux ateliers sont proposés, notamment des séances de soins et de bien-être, ateliers de développement des compétence psycho-sociales, des cours pour améliorer sa capacité à communiquer, sa gestion du stress et des émotions. Nous organisons également des rencontres avec des professionnels, des visites de structures, un travail de refonte des CV, la préparation des entretiens, des cours de droit du travail… c’est une innovation sociale qui amène les femmes vers une démarche d’insertion durable.
Le parcours "Un temps pour soi"
Ce programme mis en place en novembre 2021 et propose des ateliers sur site, dans les locaux des conseils départementaux du 92 et 93.
Quels types de soins sont proposés dans votre salon ?
Concernant les soins de beauté, nous proposons des ateliers de routine-visage pour apprendre à faire un maquillage de jour naturellement, prendre soin de ses mains, des ateliers d’auto-massage, cosmeto-food, afin d’apprendre à réaliser ses propres cosmétiques avec ses denrées alimentaires abordables financièrement.
Concernant la coiffure, nous proposons différents ateliers afin que les femmes accueillies puissent prendre soin d’elle : faire son brushing et sa couleur soi-même, prendre des temps de relaxation pour soi-même… Au cours de ces ateliers les femmes apprennent à prendre ce temps pour s’approprier cet apprentissage.
Comment s’engager dans l’association, le salon ?
Les personnes intéressées par notre salon solidaire, peuvent nous contacter directement par téléphone, nous sommes également présentes sur le site internet de France Bénévolat (https://www.francebenevolat.org), il s’agit d’un espace sur lequel les personnes peuvent postuler facilement en tant que bénévole (coiffeuse, esthéticienne, conseiller.e en image). Nous recherchons des professionnel.les diplômé.e.s dans leur domaine d’intervention.
La réussite dans l’accompagnement des femmes s’effectue également grâce à tous les intervenant.e.s et les partenaires. Le salon Joséphine est une pièce qui renforce l’accompagnement des femmes et facilite l’insertion durable. Nous avons également un petit pourcentage d’hommes lorsque les partenaires associatifs privatisent le salon lors de journées pendant des ateliers collectifs et des temps privés.
Le salon Joséphine propose également des ateliers hors les murs, c’est-à-dire que nous nous déplaçons sur site pour les publics plus difficilement mobilisable (en termes de mobilité ou disponibilité par exemple), c’est une occasion de pouvoir toucher un autre public qui ne pourrait se rendre directement au salon.
Pourquoi avoir participé au Budget Participatif de 2018 ?
Le Budget Participatif de 2018 a financé le budget des travaux de rénovation du salon Joséphine, notamment les peintures, c’est important pour les femmes qui viennent au salon d’être accueillies dans un lieu chaleureux, c’est un point que nos clientes mettent en avant, car elles se sentent bien dans ce lieu. Ainsi, le Budget Participatif a permis de rénover ces espaces afin de les rendre chaleureux et accessibles pour le bien-être de toutes et tous.
Merci à Hafidha OUADAH, directrice du salon Joséphine, Aurélie MOURET, responsable du programme Estim’emploi et Alison MAGNE, responsable du programme Estime de soi.

La ressourcerie Le Poulpe

Qu’est-ce que Le Poulpe ?
Située au 4, rue d’Oran, Le Poulpe c’est la Petite Organisation Utile pour Le Peuple et l’Environnement, il s’agit d’une ressourcerie au cœur du 18e arrondissement qui fait vivre le quartier de la Goutte d’Or et de ses alentours, en pratiquant les prix solidaires avec en prime des évènements et des activités hebdomadaires accessibles à toutes et à tous !
Comment est né le projet de la ressourcerie ?
En 2018, à la suite de la fermeture de l’ancienne ressourcerie L’Interloque, l’association La Bricolette a porté un projet de ressourcerie ambulante, mais un projet qui pouvait bel et bien s’inscrire sur du long terme. La Ville de Paris et le réseau francilien du réemploi (REFER) ont fait appel à des porteurs de projets pour ouvrir une nouvelle ressourcerie dans le quartier de la Goutte d’Or. C’est à ce moment-là que l’association la Bricolette et une autre équipe de porteurs de projets se sont associer pour Le Poulpe à la fin de l’année 2018.
Une subvention d'investissement a été attribuée à la Bricolette, en juin 2019 ! La ressourcerie a ensuite ouvert ses portes le 19 février 2020 !
Pourquoi avoir proposé ce projet dans le cadre du Budget Participatif 2019?
C’est un moyen de mobiliser les habitantes et habitants autour d’un projet et c’est également un moyen de financement considérable. C’est à ce titre que Le Poulpe à pu bénéficier d’une enveloppe financière pour aménager et équiper la ressourcerie.
Quels sont les engagements du Poulpe?
Le Poulpe est un lieu ressource dans le quartier, ouvert à toutes les habitantes et à tous les habitants, nous pratiquons une politique de prix accessibles ainsi du prix libre, également la sensibilisation avec les ateliers (pour apprendre à réparer les objets) le vestiaire solidaire ouvert depuis l’ouverture du Poulpe, service est ouvert à des bénéficiaires envoyés soit sur orientations des travailleurs sociaux ou bien par des associations de la solidarité, (ces personnes sont accueillies le mardi, un jour ou Le Poulpe est fermé à la vente) nous leur donnons du matériel notamment du textile et des produits d’hygiène. Pour plus d’information, vous pouvez écrire à cette adresse mail[juliette puis lepoulperessourcerie.org après le signe @] .
La Bricolette ambulante se déplace de mars à octobre, auprès des populations des quartiers avec une triple actions : la collecte des objets en pied d’immeuble, nous venons avec du matériel revalorisé et on met en place un espace de distribution avec les objets à prix libre ou gratuit, c’est un outil pédagogique qui a pour objectif de montrer aux habitantes et aux habitantes ce que devient l’objet collecté, au cœur de la Ressourcerie. Ce temps-là est animé également avec un atelier autour de la récupération d’objet.
Le café solidaire quant à lui est ouvert du mercredi au samedi, avec une programmation mensuel d’ateliers, une programmation socio-culturelle avec des expositions tous les 15 jours, un concert est également proposé chaque vendredi soir, une partie des boissons (café, thé, infusions, sirops) sont proposés à prix libre et sur le reste, les prix seront également abordables.
La programmation évolue chaque mois en fonction des propositions des talents du 18e si vous souhaitez participer à un atelier ou une animation, c’est toujours le moment d’écrire un mail ici[programmation puis lepoulperessourcerie.org après le signe @].
Quel est votre lien avec les habitants, les associations et autres structures du quartier?
Le Poulpe fait partie de l’Inter-Associatif de la Goutte d’Or, à ce titre nous participons aux différents événements portés par l’Inter-Associatif, comme la fête de la Goutte d’Or par exemple. Nous co-organisons avec le Lavoir Moderne Parisien le banquet culture de la rue Léon, avec l’association Home Sweet Home nous travaillons sur des rues aux enfants, ensuite au travers du vestiaire solidaire, nous sommes en lien avec le centre d'accueil et d'accompagnement à la réduction des risques pour usagers de drogues (CAARUD), ainsi que différentes associations du territoire.
Nous hébergeons aussi des associations du territoire comme récemment Robin des rues, qui propose de la maraude dans les 17e, 18e et 19e arrondissements, nous hébergeons aussi le stock de la bibliothèque de rues qui se déroule le square Léon. Nous accueillons des associations qui ont besoin de faire des réunions ou de se réunir comme nous avons des espaces dédiés.
Quels objets les habitants et les habitantes peuvent déposer au Poulpe pendant les horaires d'ouverture de la boutique ?
Nous sommes une alternative à la déchetterie, nous acceptons tout ce que nous ne mettons pas à la déchetterie, c’est-à-dire ce qui est en bon état et qui fonctionne encore soit des textiles, des jeux, des jouets, de la vaisselle, des livres, du mobilier de l’électroménagers, des bibelotscependant nous n’acceptons pas la literie à cause des nuisibles ainsi que les produits dangereux ou toxiques tels que des pots de peinture, les piles, les ampoules. Vous trouverez ici les consignes des collectes.
Les usagers peuvent déposer leur objet du mercredi au samedi de 14h à 19h (sauf le dernier jeudi du mois). Chaque objet est ensuite trié, nettoyé, réparé puis ensuite proposé à un prix solidaire.
Quels sont les événements qui vous ont particulièrement marqué depuis l'ouverture du Poulpe?
La fête de fin d’année "Le No-Noël" organisé tous les ans, les trois ans du Poulpe cette année. Tout au long de l’année, nous participons à différentes fêtes de quartiers dans le 18e
Un point agenda ? Quelles sont les animations / événements à venir sur l'année 2024 ?
De nombreuses animations arrivent dès le mois de janvier : saponification de savon, peinture sur Polaroïds, (re)création de bougies, initiation au tricot pour apprendre les bases du tricot ensemble, ateliers dégustation, fabrication et partage de recettes autour de la lacto-fermentation de légumes, ateliers d’écriture de chansons sur la thématique des musiques actuelles, ventes de plantes en collaboration avec l’association Racines dans le 18e et sa ressourcerie végétale mobile, et bien évidemment des ateliers de réparation de meuble, de jeux, de jouets et d’objets en tout genre.
Les activités hebdomadaires reviennent également avec le yoga, les mercredis, samedis et dimanches, les ateliers de massages bien-être les mercredis, les cours de danse et musique africaine les mardis, les ateliers coutures tous les jeudis et vendredis ainsi que les permanences LGBTQIA+ tous les lundis avec la MIF.
Pour bien commencer l’année 2024, du 11 janvier au 1er février, la première exposition de l’année 2024 portera sur les « Surfaces abandonnées » du photographe Ulysses Di Meglio.
Comment devenir bénévole au sein de la ressourcerie ?

Pour cela rien de plus simple, vous pouvez vous rendre directement au Poulpe et rencontrer un des 17 membres de l’équipe au 4, bis rue d’Oran du mercredi au samedi de 14h à 19h ou vous pouvez également écrire un mail à l’adresse [ana puis lepoulperessourcerie.org après le signe @]nan@yrcbhycrerffbheprevr.bet[ana puis lepoulperessourcerie.org après le signe @].

Pour plus d’informations, vous pouvez lire la charte des bénévoles du Poulpe.

La Corvée, le café-laverie solidaire

Comment est né le projet « La Corvée » en novembre 2021 ? Qui sont les acteurs qui ont fait naître le projet ?
Le projet La Corvée est né de la vision et de l'initiative conjointe d'Anne-Charlotte Gandziri et de l'architecte Sharmily Guyot. Ensemble, elles ont collaboré pour concevoir un espace novateur et polyvalent qui englobe une laverie solidaire, un café-restaurant, ainsi qu'un espace d’exposition. L'objectif principal était de créer un lieu accueillant, déployant des actions de solidarité et renforçant le lien social au cœur d’un quartier de la politique de la Ville. La réalisation de La Corvée témoigne de leur engagement envers des valeurs telles que l'inclusion, la solidarité, l’accès à une alimentation durable et saine pour tous ainsi que le soutien à la Jeune Création faisant de ce projet une contribution significative à l'évolution du quartier.
Pourquoi avoir proposé ce projet dans le cadre du Budget Participatif ?
La participation des habitants et des élus au montage de cette initiative nous semblait essentielle pour la façonner au mieux et la concrétiser. Lorsque Anne-Charlotte a pris connaissance du Budget Participatif de la Ville de Paris et de son fonctionnement, elle l’a immédiatement associé à un dispositif unique permettant d’encourager les réflexions collectives et l’écoute des besoins des habitants, ainsi qu’à un organe de veille à la mise en œuvre de projets d’intérêt général. Au sein de notre structure, nous croyons en une approche collaborative et démocratique pour imaginer des entreprises qui répondent véritablement aux besoins des parisiens. En participant au Budget Participatif parisien, nous aspirions à créer un espace qui reflète les valeurs et les souhaits de ceux qui y vivent.
Quels sont les objectifs et les engagements de la laverie-café solidaire Corvée ?
La Corvée est porteuse d’une quadruple ambition, visant à :
  • Promouvoir l'accès à une alimentation locale et durable : En privilégiant des produits issus de l'agriculture paysanne ou biologique et en proposant une politique tarifaire basse, le projet contribue actuellement à offrir aux Parisiens résidant dans des quartiers populaires un accès facilité à une alimentation locale et de qualité. Cette initiative soutient également les pratiques agricoles durables et un réseau de commerçants du 18e. Avec Louise Boiron, notre cheffe cuisinière, nous travaillons principalement avec Les Trois Parcelles, une ferme de maraîchage bio en agroforesterie, située à une centaine de kilomètres de Paris mais aussi l’association VRAC, la Laiterie La Chapelle et la boulangerie Miettes près du marché de l’Olive.
  • Lutter contre la précarité hygiénique : La Corvée offre à des bénéficiaires sans domicile fixe, identifiés et redirigés par des associations spécialisées dans l’action sociale, la possibilité de laver leur linge gratuitement. Grâce à des dons de particuliers, des produits d’hygiène et des vêtements sont souvent distribués pour maintenir l’hygiène et favoriser l’estime de soi des personnes orientées.
  • Intégrer des activités d'insertion professionnelle : Une composante essentielle de cette initiative est actuellement de créer des opportunités d'insertion professionnelle, en particulier pour les personnes éloignées de l'emploi. Une attention particulière est accordée à l'insertion professionnelle des réfugiés, à travers des stages de cuisine ou de préparation de commande, ainsi que des permanences emploi initiées par l’association La Cravate Solidaire.
  • Faciliter l'accès à la culture et à l'art contemporain : À travers l'établissement d'une galerie d'art, le projet se positionne comme un lieu propice à des moments de médiation culturelle et de convivialité. Il cherche à rendre la culture et l'art contemporain accessibles à un large éventail de publics, favorisant ainsi la diversité des expériences artistiques.
Quels types d’actions mettez-vous en œuvre en faveur des habitants du quartier et de l’arrondissement en général ?
Nous proposons tout au long de l’année une pluralité d’actions liées à nos volets culturel et solidaire, telles que : des permanences administratives, des cours de français, des ateliers culinaires, des expositions, des ateliers de pratique artistique, des lectures de conte et de poésie, des concerts intimistes ainsi que des sorties culturelles à destination des bénéficiaires de l’association et des habitants dans des lieux culturels partenaires.
Quelle type d’exposition accueillez-vous dans votre établissement ?
À la base de ce projet se trouve également une passion pour l'art et la profonde conviction qu'une expérience directe avec une œuvre artistique peut avoir un impact transformateur sur la vie de chaque individu. Dans l'objectif de partager cette conviction avec des personnes éloignées de l’offre culturelle, l’initiative de permettre la découverte d’œuvres issus de la création émergente dans des quartiers périphériques tels que la Porte de La Chapelle au sein d'un service de proximité vise à rompre avec les conventions formelles des espaces d'exposition traditionnels, soulignant que l'art peut exister en dehors des structures institutionnelles. Depuis l’ouverture de la première adresse, le commissariat et l’organisation des expositions ont été confiés à Pauline Deschamps et Justine Durand de Sanctis qui apportent leur expertise pour créer des expériences artistiques significatives au cœur de la cité Charles Hermite.
Tout au long de l'année, notre galerie accueille une diversité d'expositions mettant en avant les œuvres de jeunes artistes qui abordent des questions socio-politiques et qui souhaitent contribuer à notre mission d’offrir une expérience culturelle riche et accessible à tous.
Un événement ou plusieurs événements qui vont ont le plus marqué depuis la création du lieu ?
Le lieu accueille depuis son lancement les ateliers de l’association culturelle Misomo portée par un collectif d’artistes du 18e arrondissement. Suite à un échange avec une habitante, le 9 décembre 2023, cette association a pu imaginer et proposer un atelier unique intitulé « Mémoire de Forme + Mémoire Sonore », offrant aux participants une expérience immersive mêlant séance d'écoute et exploration musicale.
L'atelier a débuté par une séance d'écoute, où chaque participant a été invité à partager un son ou une musique personnelle capable d'éveiller des images et des souvenirs spécifiques. Cette première étape visait à favoriser le partage de l'imaginaire de chacun à travers l'écoute, créant ainsi une atmosphère de convivialité et de réminiscence. Par la suite, l'atelier a évolué vers une exploration musicale et sensorielle dirigée par un des membres de l’association. Les participants, qu'ils soient des habitants, visiteurs ou personnes en situation de précarité, ont tous collaboré à la création d'une œuvre musicale collective. En offrant un terrain d'expression unique, cet atelier a transcendé les simples dimensions artistiques pour devenir une source d'épanouissement, d'échange et de lien au sein de la communauté de La Corvée.

Embellir les cours d'école

Les projets lauréats 2023 du 18e en 2023

Découvrez les projets lauréats du 18e arrondissement :
Retrouvez également l'ensemble des projets lauréats 2023 des différents arrondissement et de la Ville de Paris sur le site : decider.paris.fr
Les projets lauréats du budget participatif dans les écoles
Faire rayonner les écoles des Quartiers Populaires
L’objectif de ce projet est de sensibiliser les élèves à la nature, au vivant et aux enjeux environnementaux d'aujourd'hui. Il porte également la volonté d'ouvrir les écoles sur le quartier. - - écoles Pajol et des Poissonniers.

Équiper les écoles des quartiers populaires
L’objectif de ce projet est de rendre les écoles de l’arrondissement plus inclusives, plus vertes et d’offrir des conditions d’apprentissage et de découverte augmentés.
- écoles Ferdinand Labori, Guadeloupe, Pajol, Constantin Pecqueur, André del Sarte, Goutte d'Or, Forest, Mont Cenis, Simplon.

Ecole Flocon, habitants, acteurs locaux, ENSEMBLE pour un mieux vivre dans le quartier !

La rue Ferdinand Flocon a bénéficié du dispositif « Rue aux écoles » avec aménagements piétonniers et vastes espaces végétalisés pleine terre. Malheureusement, la rue et les espaces verts, se dégradent (voir doc). Un collectif (école, habitants, CQ, associations…) décide de se mobiliser pour agir ! Nouvelles plantations de végétaux favorisant la biodiversité, mise en place de bacs et jardinières, pose de barrières en bois pour bloquer l’accès aux chiens, pose NICHOIRS à mésange, et installation de panneaux de sensibilisation esthétiques et résistants aux intempéries.

Les étapes du Budget Participatif

Le dépôt de projet

Une première étape ouverte à toutes et tous où chacune et chacun peut proposer un projet. Elle se déroule du 15 janvier au 5 février 2024.

L'instruction des projets

La Ville de Paris a évalué la faisabilité des projets, cette instruction des projets permet ensuite un arrêt définitif des projets à soumettre au vote (par des commissions publiques réunissant représentants de citoyens, élus, et agents municipaux).

Le vote

Vient ensuite le moment du vote par les Parisiennes et les Parisiens pour leurs projets favoris.

Comment voter ?

Le vote sur Internet

Vous pourrez également voter en ligne pour soutenir les projets qui vous tiennent à cœur.

Le vote physique

L’équipe du budget participatif tient également de nombreux stands dans l’arrondissement.
Des triporteurs sillonnent également l’arrondissement pour venir à votre rencontre. En complément, et pour vous donner toutes les chances de participer au vote, des urnes sont aussi installées dans des équipements de la ville.