Ouvrir la recherche
Actualité

Maryvonne Metayer

Mise à jour le 29/01/2018
Découvrez le portrait de Maryvonne Metayer, choriste, militante associative.

Nous sommes dans les locaux communs de votre tour, c'est ça ?

L’espace 93 Chapelle est un espace de vie social depuis bientôt deux ans dans lequel on fait une multitude d’activités : de l’alphabétisation, du soutien scolaire, de la danse, de la gym, il y a un espace de jeux avec les familles… On a aussi un jeune coach sportif de la tour qui donne des cours. Ça nous a permis de toucher les jeunes adultes. Medhi c’est un enfant d’ici, il était surveillant au collège Mayer, il connait bien les jeunes alors ils viennent plus facilement.

Vous êtes habitante de la tour et vous gérez le lieu ?

J’ai emménagé dans la tour quelques années après sa construction. Et cet espace, c’est un peu comme ma deuxième maison, j’arrive le matin à 9h, je repars le soir. Le matin nous attendons les personnes âgées de la tour pour prendre un café. C’est toujours sympa de voir les gens de la tour s’investir dans ce projet, comme certains qui nous aident sur le soutien scolaire, c’est très convivial. On a ouvert cet espace il y a 7 ans après les rénovations de la tour. Le bailleur a aménagé ces trois salles et voulait que ça serve à tout le monde.

Comment fonctionne votre association ?

Notre association ne veut pas se limiter à la tour.
On souhaite être ouvert à tous, comme pour l’alphabétisation, on travaille avec des migrants et l’association Atouts cours. Il y a un groupe de femmes qui vient ici depuis plusieurs années, elles sont plus âgées et peuvent enfin s’occuper d’elles. C’est pour ça aussi que j’ai monté l’atelier tricot.
Elles adorent et ça les valorise merveilleusement bien. Moi, ce qui me remplit de bonheur, c’est quand les gens viennent me dire “c’est trop bien ce que vous faites pour nous”. J’en ai les larmes aux yeux, les gens ici sont hyper riches. Il y a une vraie mixité dans notre tour. Moi, je donne aux gens du temps mais j’en reçois tellement en retour, c’est vraiment formidable.
On a beaucoup de chance, et pourtant, notre quartier n’est pas un quartier facile.