Ouvrir la recherche
Attention, cet article n'a pas été mis à jour depuis le 29/01/2018, il est possible que son contenu soit obsolète.
Entretien

Dounia Mebtoul

Mise à jour le 29/01/2018
Découvrez le portrait de Dounia Mebtoul, restauratrice solidaire.

Vous avez lancé la cantine du 18 avec votre mère, c'est ça ?

Oui, la Cantine du 18, je l’ai ouverte avec ma maman, il y a bientôt 5 ans. C’est un établissement de 200m2, rue Ramey, dans lequel il y a une grande partie restauration, une seconde partie événementielle et une très large partie associative. Ça englobe vraiment trois pôles différents. C’est un endroit familial, chaleureux et convivial.

Un restaurant qui participe à la vie de quartier ?

On n’est pas du tout du 18e mais on l’a adopté, justement en créant la Cantine. Aujourd’hui, moi j’y vis, ma maman y travaille. On est des fans éperdues du 18e. On veut vraiment participer à l’économie solidaire et citoyenne de ce quartier. Et proposer une cuisine de marché, donc une cuisine de maison avec des produits frais. On est uniquement en circuit court, on travaille principalement avec les commerçants du quartier de Clignancourt. La viande vient de chez Jérôme, le pain de la boulangerie Rodolphe Landemaine, le fromage de la Fromagerie Quatrehomme.

Devant la Cantine, j'ai vu votre Frigo Solidaire, comment ça marche ?

Les premiers frigos solidaires que j’ai vus, c’était à Londres et à Berlin. Je me suis renseignée et j’ai appris qu’il n’existait pas de frigos solidaires en France. J’en ai parlé à ma maman et elle a tout de suite été super emballée par l’idée. En juin dernier, on lance le premier frigo solidaire de France. Aujourd’hui, on a créé notre propre association Les frigos solidaires de France. Le concept est plutôt simple, placer un frigo chez un commerçant qu’il soit restaurateur ou épicier en libre-service avec pignon sur rue, ce qui va permettre aux habitants de déposer des denrées alimentaires et aux commerçants, tous leurs invendus. Les bénéficiaires, des personnes en situation de précarité, peuvent venir se nourrir gratuitement. C’était important de le faire, parce qu’on part du principe avec ma maman que quand on reçoit, il faut toujours donner.

La Cantine du 18 : 46, rue Ramey

Paris.fr ne fait aucun suivi publicitaire et ne collecte aucune donnée personnelle. Des cookies sont utilisés à des fins statistiques ou de fonctionnement, ainsi que d'analyse (que vous pouvez refuser ici), nous permettant d'améliorer le site en continu.

Plus d'informations